laid


laid

laid, laide [ lɛ, lɛd ] adj.
XVIe; lait « hideux » 1080; frq. °laith;cf. a. all. leid « désagréable »
1Qui produit une impression désagréable en heurtant le sens esthétique, ou qui, simplement, s'écarte de l'idée que l'on a de la beauté. affreux, disgracié, disgracieux, hideux, horrible, ignoble, inesthétique , informe, monstrueux, repoussant, répugnant, vilain; fam. moche, tarte; horreur, monstre. « Tout ce qui est utile est laid » (Gautier). Personne laide, qui déplaît par ses imperfections physiques, spécialement celle du visage. « des êtres tarés, déchus, disgraciés, [...] laids à décourager la pitié » (A. Gide). Rendre laid, se rendre laid : défigurer, enlaidir. — Loc. Être laid comme un pou, un singe, comme les sept péchés capitaux; laid à faire peur, à faire fuir, très laid. — Femme, fille laide. épouvantail, laideron, maritorne; fam. boudin, cageot, guenon, mocheté, thon (cf. Remède à l'amour). N. f. Une laide, les laides.
(Choses) Ville laide et triste. Appartement laid et cossu, arrangé sans goût. fam. tocard. Vx « Qu'il fasse beau, qu'il fasse laid » (Diderot). mauvais.
2Au moral (lang. enfantin) C'est laid de fourrer ses doigts dans son nez ! vilain. Par ext. et fam. Hou ! qu'il est laid ! N. Hou ! le laid ! la laide !
3 N. m. LE LAID. laideur. Le laid et le beau. Le laid et le grotesque dans l'art, en littérature. Adv. Rare LAIDEMENT . ⇒ vilainement.
⊗ CONTR. 1. Beau. ⊗ HOM. Lai, laie, lais, lait, laye, lei (2. leu), lez.

laid nom masculin Ce qui est laid, inesthétique. ● laid (homonymes) nom masculin lai adjectif laie nom féminin lais nom masculin pluriel lait nom masculin laye nom féminin nom masculin legs nom masculin lei nom masculin pluriel les article défini lès préposition lez prépositionlaid, laide adjectif (francique laid, désagréable) Dont l'aspect heurte le sens esthétique, l'idée qu'on a du beau : Un visage laid. Qui s'écarte des bienséances, ou de ce qu'on pense être bien, moral, honnête : Une histoire assez laide.laid, laide (citations) adjectif (francique laid, désagréable) Jean de La Bruyère Paris 1645-Versailles 1696 Si une laide se fait aimer, ce ne peut être qu'éperdument. Les Caractères, Du cœur Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné Paris 1626-Grignan 1696 Guilleragues disait hier que Pellisson abusait de la permission qu'ont les hommes d'être laids. Correspondance, à Mme de Grignan, 5 janvier 1674 William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Le laid est beau et le beau est laid. Fair is foul, and foul is fair. Macbeth, I, 1, les sorcièreslaid, laide (homonymes) adjectif (francique laid, désagréable) lai adjectif lai nom masculin laie nom féminin lais nom masculin pluriel lait nom masculin laye nom féminin nom masculin legs nom masculin lei nom masculin pluriel les article défini lès préposition lez prépositionlaid, laide (synonymes) adjectif (francique laid, désagréable) Dont l'aspect heurte le sens esthétique, l'idée qu'on a du...
Synonymes :
- disgracié
- inesthétique
- moche (familier)
Contraires :
- agréable
- esthétique
Qui s'écarte des bienséances, ou de ce qu'on pense être...
Synonymes :
- bas
- dégoûtant
- infâme
- mal
- révoltant
- vil
Contraires :
- bon
- édifiant

laid, laide
adj. et n.
d1./d Qui heurte le sens esthétique, qui est désagréable à la vue. Ce tableau est bien laid.
n. m. Ce qui est laid. Le beau et le laid.
|| Spécial. (Personnes) Dont l'apparence du visage ou du corps cause une impression déplaisante; physiquement disgracié.
Subst. Fi! le laid!
d2./d Qui choque en contrevenant aux bienséances ou à la probité. C'est une laide action qu'il a faite là.

⇒LAID, LAIDE, adj. et subst.
I. — Adjectif
A. — [L'appréciation est à dominance esthétique]
1. Qui, par sa forme, sa couleur, son aspect, son manque d'harmonie, est désagréable à voir et heurte l'idée que l'on se fait du beau. Trouver qqc. laid; ça fait laid; laide bâtisse en granit; laid au possible; comme tout est triste et laid! Le collège était laid, sale, mal odorant (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 268). L'appartement était petit, laid, misérable; son mobilier était sordide (GIDE, Si le grain, 1924, p. 419).
[En parlant d'un mot] Le mot clématite (qui n'est d'ailleurs pas laid) (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 43).
2. En partic.
a) [En parlant d'une pers., de son aspect physique, notamment de son visage, d'une attitude, d'une pose] Laid à faire peur, à faire fuir (le diable), à faire pleurer, à faire faire un écart à une mule, à dégoûter; laid comme un pou, une chenille, un démon; extrêmement, horriblement, effroyablement, monstrueusement, affreusement laid; laid de visage, de figure; avoir les yeux laids; une femme laide et même affreuse; laide et presque hideuse; des poses laides. La haine, surtout, rend laid; elle fait grimacer (RENAN, Drames philos., Caliban, 1878, II, 1, p. 393). Un rire esclave est laid sur tout visage (ALAIN, Propos, 1930, p. 919) :
1. Il était laid : des cheveux crépus, courts et collés sur un crâne ovoïde; d'énormes oreilles; mais un regard chaud, pensif, et d'une tendresse inépuisable.
MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 39.
En laid (loc. adv.). En accentuant la laideur. Ne trouves-tu pas qu'il ressemble en laid à la femme de chambre (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 24).
P. plaisant. Le sexe laid (p. oppos. à beau sexe). D'un côté étaient les fauteuils réservés aux dames, derrière le trône du roi et de la reine; de l'autre étaient les chaises destinées au sexe laid (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 288).
b) [En parlant d'un animal] Un chat mouillé est laid (ALAIN, Propos, 1930, p. 918). Des mouettes immobiles, laides et grises, semblables à des canards disgracieux, reposaient sur une patte (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 138).
3. P. anal., rare
a) [En parlant d'un son, d'un bruit] Synon. de désagréable. Il y a très peu de différence entre un son juste et harmonieux et un son faux ou laid, entre une belle courbe et un contour sans grâce (ALAIN, Propos, 1921, p. 342). Une petite phrase musicale, toujours la même et fort laide (GREEN, Journal, 1932, p. 82).
Emploi adv. Madame X..., m'écrivant sur une émission radiophonique de La Reine morte : « Un mot a sonné laid à mes oreilles : sueur » (MONTHERL., Notes théâtre, 1954, p. 1075).
b) [En parlant d'une impression tactile] Un malséant corsage, de couleur morne, d'étoffe laide au toucher (GIDE, Porte étr., 1909, p. 567).
c) [En parlant d'une abstraction] Sa laide ressemblance avec... Tout ce qui sent la peine ou demande grâce est laid (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 87).
4. Rare. [En parlant du temps] Synon. de mauvais. Un temps laid (p. oppos. à beau temps); il faisait laid et froid. Depuis que nous sommes ici il a fait assez laid (FLAUB., Corresp., 1851, p. 301). Quand le temps est laid et rechignant, c'est d'un triste au milieu des landes (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 51).
5. P. plaisant. L'échapper laide (p. oppos. à l'échapper belle). Oui, dit-il : je l'ai échappé laide (RENARD, Journal, 1894, p. 231).
B. — [L'appréciation est à dominance morale]
1. [En parlant d'un comportement, d'une attitude, de paroles, d'une pensée] Qui inspire le mépris, la désapprobation. Synon. de vil. Une laide affaire; une laide et mauvaise action; sous de laides caresses; de laides pensées; que le vice est laid!; traverser des temps bien laids; la nature humaine est laide et mauvaise. Il y avait chez elles la jalousie, la haine de la fille tombée pour celle qui est demeurée propre, le désir, la laide et sourde envie de la faire déchoir à son tour (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 241). La vérité est si laide que je n'ose pas la regarder (J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1935-36, p. 87) :
2. Il y a dans Musset, à de certaines heures, dans Baudelaire plus souvent, dans Verlaine, dans Rimbaud, des nuances d'humeur noire, d'une humeur triste, subtile, piètre, laide, mesquine, mêlée de peur, d'angoisse.
BARRÈS, Cahiers, t. 10, 1913, p. 182.
En laid. Le boulevard est plein de caricatures, toutes contre le peuple. On le représente grossier, débauché, crapuleux, semblable à la cour, mais en laid (COURIER, Pamphlets pol., Livret de Paul-Louis, vigneron, 1823, p. 165).
Rare. [En parlant d'une pers. ou d'une collectivité] Le paysan sans religion est la plus laide des brutes (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 489). Une compagnie si pharisaïque, si médiocre, si laide par tant de côtés (BLOY, Journal, 1904, p. 238).
2. Fam. C'est laid de + inf.; il est laid de + inf.; ce qui est laid, c'est de + inf. Comme c'est laid d'être jaloux, d'être indiscret. Ce qui est absurde et laid c'est d'envoyer des tas de malheureux paysans, qui n'en ont pas la moindre envie, s'entr'égorger comme des pourceaux (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1905, p. 174). Se méfier, c'est laid et lâche (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 399). Mon pauvre petit. Comme c'est laid, n'est-ce pas, de vivre? (ANOUILH, Répét., 1950, IV, p. 110).
II. — Emploi subst.
A. — Masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui est laid. Anton. le beau. C'est d'un laid!
1. [Correspond à I A supra] Il est des cœurs épris du triste amour du laid (GAUTIER, 1er vers de Ribeira ds España, Paris, Fasquelle, 1845). Les romantiques avaient cru que l'art était surtout dans le laid (MICHELET, Peuple, 1846, p. 16). L'enrichissement du village précipite son évolution vers le banal et le laid (JOCARD, Tour. et action État, 1966, p. 170) :
3. — Enfin! vont dire ici les gens qui, depuis quelque temps, nous voient venir, nous vous tenons! vous voilà pris sur le fait! Donc, vous faites du laid [romain ds le texte] un type d'imitation du grotesque un élément de l'art! Mais les grâces... mais le bon goût... Ne savez-vous pas que l'art doit rectifier la nature? qu'il faut l'anoblir? Les anciens ont-ils jamais mis en œuvre le laid et le grotesque?
HUGO, Préf. Cromwell, Paris, Gallimard, 1963 [1827], p. 417.
2. [Correspond à I B supra] Ce n'est pas une raison pour m'irriter contre le laid, contre le crime, contre l'enfer, contre les bourreaux (MASSIS, Jugements, 1923, p. 99).
B. — Masc. ou fém. Celui qui est laid, celle qui est laide. Cette petite-vérole est pourtant bonne à quelque chose, c'est une excuse pour les laids. Moi, par exemple, ne puis-je pas dire que sans elle j'étais joli garçon? (COURIER, Lettre Fr. et It., 1809, p. 805). Qu'elle aille au diable, la laide! (CLAUDEL, Violaine, 1892, I, p. 496) :
4. Quand elles arrivent dans nos villes, avec leurs superbes bagages, les belles à peu près nues sous leur soie ou leur fourrure, les laides portant arrogamment leur laideur comme une beauté parce que c'est une laideur étrangère, c'en est fini, dans l'armée et dans l'art, de la paix des ménages.
GIRAUDOUX, Amphitr. 38, 1929, I, 3, p. 44.
Prononc. et Orth. : [], fém. []. Ds PASSY 1914 fém. [] (var.). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 « désagréable, horrible, odieux, repoussant (d'une personne) » (Roland, éd. J. Bédier, 3238 : La premere [eschele] est des Canelius les laiz). A. Adj. 1. 1155 « qui est d'aspect désagréable » (WACE, Brut, 1563 ds T.-L. : Methael fu la plus laie); 2. a) 1155 « horrible » (ID., op. cit., 9176, ibid. : laide destructïun); b) ca 1160 « qui inspire le mépris » (Moniage Guillaume, I, 347, ibid. : cose laide); ca 1160 lait tens (Eneas, 192, ibid.); 1160-74 li roiz... mout li fet leide chere (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, II, 175). B. Subst. 1. 1121-34 faire grant lait « causer un préjudice » (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, 1104 ds T.-L.); 2. 1668 « laideur » (RACINE, Plaideurs, III, 3). De l'a. b. frq. « désagréable, contrariant, rebutant », de la même famille que l'all. leid, adj. et Leid, subst. « mal, peine, souffrance, douleur » (cf. KLUGE20 et DUDEN Etymol.), et qui correspond à l'a. h. all. leid « désagréable, affligeant »; m. h. all. leid « id. ». Le sens primitif « désagréable, outrageant, odieux », attesté dès le début du XIIe s. en fr., s'est maintenu dans les dér. dialectaux, comme le norm. laidure « outrage » et le manceau laidanger « outrager », v. FEW t. 16, p. 439b. Le sens esthétique, bien que déjà attesté au tout début du XIIe s. ne s'est répandu qu'à partir du XIVe s., et a fini par évincer le sens premier du mot. Fréq. abs. littér. : 2 570. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 671, b) 4 644; XXe s. : a) 4 481, b) 3 467.
DÉR. Laidement, adv. a) [Correspond à I A supra] Sa mère tombait dans de brefs sommeils comme dans des trous et ronflait laidement (MAURIAC, Génitrix, 1923, p. 384). Grand'mère, ma mère, mes grandes tantes, ma cousine Alice, avaient toutes des boucles d'oreilles qui en tiraillaient laidement les bouts gras ou maigres (GYP, Souv. pte fille, 1927, p. 61). b) [Correspond à I B supra] Elle le savait bien, que cela finirait; et ce qu'elle ferait au bout de cette impasse, elle l'avait décidé aussi. Seulement, pourquoi si vite? Pourquoi si laidement? (A. DAUDET, Pte paroisse, 1895, p. 168). À la nouvelle que le capitaine de Soissons avait de la sorte agi laidement, contre son honneur, Jeanne s'écria (FRANCE, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 163). []. Att. ds Ac. dep. 1878. 1res attest. a) ca 1100 « péniblement, douloureusement » (Roland, éd. J. Bédier, 2573), b) ca 1100 « d'une manière outrageuse, injurieuse » (ibid., 2581); de laid, suff. -(e)ment2. Fréq. abs. littér. : 10.
BBG. — GRUNDT (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø, 1972, p. 229. - NILSSON-EHLE (H.). Vx fr. lait, laidement. Rom. Philol. 1954/55, t. 8, pp. 79-90. - QUEM. DDL t. 17.

laid, laide [lɛ, lɛd] adj.
ÉTYM. XVIe; lait, 1080, Chanson de Roland, au sens fort (« hideux »); sens affaibli, 1155; du francique laip; cf. anc. all. leid « désagréable ».
1 Qui produit une impression désagréable en heurtant le sens esthétique, ou qui, simplement, s'écarte, en tel ou tel genre, de l'idée que l'on a du beau, de la beauté. Abominable, affreux, atroce, dégoûtant, déplaisant, désagréable, disgracieux, effrayant, effroyable, hideux, horrible, ignoble, inesthétique (cit. 2), informe, moche (fam.), monstrueux, repoussant, répugnant, tarte (fam.), vilain. || « Tout ce qui est utile est laid » (Gautier). → Beau, cit. 5; ignoble, cit. 7. — REM. Comme tout adj. d'appréciation, laid est relatif aux normes sociales du locuteur. → aussi Beau.
(En parlant des êtres humains). Qui déplaît par l'imperfection, la difformité de son corps, et, spécialt, de son visage. Blèche (argot), difforme (cit. 1), moche (fam.), tourné (mal tourné), vilain. || Rendre laid, se rendre laid. Amochir (pop.), défigurer, déformer, enlaidir. || Homme laid; laid de figure (→ Camus, cit. 1; élancé, cit. 1).Il est laid comme un crapaud, un démon, un diable, un pou, un singe.Être laid comme le péché, comme les sept péchés capitaux; laid à faire peur, à faire fuir, etc. Épouvantail, macaque, magot (vx), marsouin (vx), monstre, sapajou. || Il est trop laid pour être infidèle (cit. 10). || Un homme assez, très, effroyablement laid. || Femme, fille laide. Guenon, horreur, laideron, maritorne (→ Remède à l'amour). || La plus laide, les plus laides (→ Enjoliver, cit. 1; fille, cit. 9). || Être vieille et laide (→ Frayeur, cit. 6). || Laide à effrayer (→ Huileux, cit. 3).
1 Guillerargues disait hier que Pelisson abusait de la permission qu'ont les hommes d'être laids.
Mme de Sévigné, Lettres, 367, 5 janv. 1674.
2 (…) deux femmes, l'une plus belle que le jour, l'autre maigre, marquée de petite vérole, et par là, si vous voulez, assez laide; je le vois aimer la laide au bout de huit jours (…)
Stendhal, De l'amour, XVII.
3 (…) j'aimerais mieux une femme laide et spirituelle, qu'une belle qui ne sait pas dire deux mots.
Balzac, les Paysans, Pl., t. VIII, p. 250.
4 — J'ai toujours été laid comme un crapaud ! dit Pons au désespoir.
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 620.
5 (…) plus laide qu'un péché mortel (…)
A. de Musset, Nouvelles, « Le fils du Titien », IV.
6 Elle est bien laide. Elle est délicieuse pourtant ! Le Temps et l'Amour l'ont marquée de leurs griffes (…) Elle est vraiment laide; elle est fourmi, araignée, si vous voulez, squelette même (…)
Baudelaire, le Spleen de Paris, XXXIX.
7 Il avait la cruauté tranquille de la jeunesse, pour qui une femme n'existe pas, quand elle est laide, — à moins qu'elle n'ait passé l'âge où l'on inspire la tendresse, et qu'elle n'ait plus le droit qu'à des sentiments graves, paisibles, quasi religieux.
R. Rolland, Jean-Christophe, L'adolescent, I.
8 Rien que des êtres tarés, déchus, disgraciés, misérables, laids à décourager la pitié.
Gide, Journal, 3 mars 1943.
9 C'était une agréable dame des champs, très laide; avec tant de bonté dans son œil crevé, tant de bonté dans son œil vivant, tant de bonté dans sa moustache, dans son nez priseur, dans ses joues décollées, dans sa bouche aux lèvres noires qu'elle en était effroyablement laide.
J. Giono, Jean le Bleu, VI.
N. f. || Une laide; des, les laides (→ Beauté, cit. 28; intérêt, cit. 32).N. m. (Rare). || « C'est (la petite vérole) une excuse pour les laids » (P.-L. Courier, in T. L. F.).
Parties du corps (visage). || Visage laid; tête, figure laide (→ Chiffonner, cit. 6; éclairer, cit. 25). || Un visage plutôt disgracieux que franchement laid. Ingrat. || Gargouille (cit. 1) à laide figure.Laide grimace (→ Gueule, cit. 1).
(En parlant des animaux). || Oiseau gauche (cit. 4) et laid.
(En parlant des choses inanimées). || Monument laid, place laide (→ Baroque, cit. 3; intime, cit. 11). || Laide bâtisse (→ Bureau, cit. 4). || Ville, région laide et triste. || Chambre laide; meubles laids (→ Frelaté, cit. 6). || Appartement laid et cossu, arrangé sans goût (→ pop. Tocard).
10 J'ai aimé ces villas laides.
Et pour aimer choses si laides
il faut aimer tendrement.
Laideur, ma pauvre maîtresse,
je te plains, et je t'épouse
plus vite que la beauté.
Cocteau, Discours du grand sommeil, Adieu aux fusiliers marins.
(Du temps). Vx. || Qu'il fasse (cit. 197) beau, qu'il fasse laid. Mauvais. || « S'il fait laid à droite… ». → Gauche, cit. 10, Montaigne.
2 (V. 1155). Sur le plan moral. Qui inspire le dégoût, l'horreur, le mépris… Bas, dégoûtant, déplaisant, honteux, ignoble, vilain. || Le vice est laid. || La misère est laide (→ Avilir, cit. 28). || Une laide doctrine (→ Honorable, cit. 10). Spécialt. || Parole, action laide. Déshonnête, malhonnête, malséant, sale.(Lang. enfantin). || Il est laid de…, c'est laid de…(et inf.). || C'est laid de fourrer ses doigts dans son nez ! Vilain. Par ext. et fam. || Hou ! qu'il est laid.
11 Dans la ménagerie infâme de nos vices,
Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
Baudelaire, les Fleurs du mal, Au lecteur (→ Ennui, cit. 27).
N. || Hou ! le laid !, la laide !
3 N. m. || Le laid. Laideur. || Contraste, opposition du laid et du beau. || La haine du laid (→ Étayer, cit. 8). || Le laid et le grotesque dans l'art, en littérature.
12 (…) des pédants étourdis (l'un n'exclut pas l'autre) prétendent que le difforme, le laid, le grotesque, ne doit jamais être un objet d'imitation pour l'art (…)
Hugo, Cromwell, Préface.
13 Le laid (…) peut être un objet de l'art, et prendre une valeur esthétique positive.
A. Lalande, Voc. philosophique, art. Laid.
CONTR. Beau.
DÉR. Laidement, laideron, laideur.
COMP. Enlaidir.
HOM. 1. Lai, 2. lai, 1. laie, 2. laie, 3. laie, 4. laie, lais, lait, lei.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • laid — laid …   Dictionnaire des rimes

  • laid — laid, aide (lè, lè d ; le d se lie dans les cas rares où cet adjectif précède son substantif : un lè t animal ; Chifflet, même en ce cas, dit que le d ne se prononce pas, Gramm. p. 213. Autrement, il ne se lie pas, prononcez : lè à faire peur ;… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • laid — LAID, Laide. adj. Difforme, qui a quelque defaut remarquable dans les proportions ou dans les couleurs requises pour la beauté. Homme laid. femme laide. il est fort laid, extremement laid. elle est horriblement laide. laide à faire peur. il n y a …   Dictionnaire de l'Académie française

  • LAID (LE) — LAID LE Le concept de laid a un substrat biologique, et toutes les langues semblent avoir un terme, souvent accompagné d’un geste ou d’une moue, pour désigner le mal venu . C’est que l’être humain, organisme (intégron ) se percevant par le détour …   Encyclopédie Universelle

  • laid — past tense and pp. of LAY (Cf. lay) (v.). Laid up injured, sick, originally was a nautical term (1769) describing a ship moored in harbor. Laid off temporarily unemployed is from 1916. Get laid have sex (with someone) attested from 1952, U.S.… …   Etymology dictionary

  • laid up — {adj.} Sick; confined to bed. * /I was laid up for a couple of weeks with an ear infection./ …   Dictionary of American idioms

  • laid up — {adj.} Sick; confined to bed. * /I was laid up for a couple of weeks with an ear infection./ …   Dictionary of American idioms

  • Laid — Laid, imp. & p. p. of {Lay}. [1913 Webster] {Laid paper}, paper marked with parallel lines or water marks, as if ribbed, from parallel wires in the mold. It is called blue laid, cream laid, etc., according to its color. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • laid — Laid, et difforme, Deformis, Horridus, Perhorridus, Foedus, Turpis, Perturpis. Aucunement laid et vilain, Turpiculus. Richement laid et difforme, Ad deformitatem insignis. Il n est pas laid, Non est deforme. Chose laide à voir, Deforme… …   Thresor de la langue françoyse

  • laid — past and past part of lay Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996. laid …   Law dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.